Le bambou

Réagissez sur notre page facebook

Des planchers jusqu’aux serviettes de bain, on trouve partout toutes sortes de produits faits à partir de bambou. Ce matériau qui connaît une popularité grandissante est commercialisé comme étant un matériau durable, abordable, de qualité et écologique. Est-ce le cas? Oui et non.

Des qualités indéniables

On reconnaît au bambou plusieurs qualités qui en font un matériau de choix. D’abord, le bambou est une ressource renouvelable. Il est la matière première naturelle qui a la croissance la plus rapide au monde. Le rendement d’une bambouseraie est jusqu’à 25 fois supérieur à celui d’une forêt. « Le bambou croît en moyenne jusqu’à un mètre par jour et peut atteindre un diamètre de 25 centimètres après cinq ou sept ans », dit Martin Seto, doctorant en Sciences forestières à l’Université Laval. De plus, sa culture n’exige pas quantité d’engrais ou de pesticides chimiques, et après la coupe, elle se régénère sans nécessiter de reboisement.

Le bambou en tant que matériau a aussi des propriétés avantageuses. Il est 27 % plus dur que le chêne rouge et 13 % plus dur que l’érable, d’où son surnom d’« acier végétal ». Il résiste à la pourriture et s’avère très stable face aux changements de température. Selon Yves Perrier, expert en habitation durable : « En tant que matériau d'ébénisterie, le bambou aura moins tendance à tordre ou à fendre que les autres essences de bois. Le bambou est donc très intéressant pour en faire des portes intérieures, des armoires de cuisine, des planches murales ou un parquet de plancher. »

Quelques bémols…

Un produit qui vient de loin…

Le bambou que nous retrouvons sur le marché est principalement importé de Chine. En 2005, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, les bambouseraies comptaient pour 2,7 % des forêts chinoises.

Voilà donc un premier problème avec le bambou. Avant de devenir un meuble ou un plancher, le bambou devra voyager sur des milliers de kilomètres, ce qui génère des gaz à effet de serre responsables des changements climatiques.

Des colles pas très vertes…

Pour être utilisé en tant que matériau de construction, le bambou doit être coupé en lamelles, lesquelles sont collées afin de produire un contre-plaqué. Or, les colles utilisées contiennent souvent du formaldéhyde, un produit chimique qui émet des composés organiques volatiles (COV) pouvant nuire à la santé et à la qualité de l’air intérieur.

Dans la plupart des cas, par contre, les détaillants soutiennent que les émanations de formaldéhyde répondent aux normes internationales les plus strictes. Selon Jason Berlin de l’Entrepôt du Bambou : « Nos produits utilisent la colle de marque Dynea (produite en Finlande) qui est conforme à la norme européenne E1. Elle émet 0,05 ppm de COV, la norme européenne à ne pas dépasser étant de 0,1 ppm. »

Certaines marques de bambou n’utilisent pas de formaldéhyde. Plus « verts », ils sont par contre vendus le double du prix des produits avec formaldéhyde.

Une espèce envahissante

« Au point de vue écologique, le bambou comporte des zones grises, explique Martin Seto. Puisque la demande est croissante, les producteurs (en Chine, en Asie) coupent des forêts naturelles pour en faire des monocultures de bambou. Et ce n’est pas le pire problème. Étant donné que le bambou est une espèce envahissante, il peut facilement pénétrer les peuplements forestiers qui sont derrière les bambouseraies. Donc, des espèces d’arbres à haute valeur commerciale seront supprimées dans le temps à cause de l’envahissement par le bambou. Cela menace la biodiversité locale. »

Plancher de bambou ou d’érable?

Malgré ses prétentions « vertes », le bambou ne surpasse pas l’érable bien de chez nous…

Sur le plan environnemental, un plancher d’érable fabriqué au Québec et fait d’arbres provenant d’une forêt locale certifiée FSC (une certification qui garantit la gestion durable des forêts) est un choix plus écologique. C’est du moins l’avis d’Yves Perrier : « Il est évident qu’un plancher qui utilise du bois qui n’a pas voyagé sur des milliers de kilomètres et qui a été récolté dans des forêts FSC sera toujours un choix plus écologique. De plus, je pense qu’il faut encourager nos producteurs locaux… »

À noter : le bambou certifié FSC arrive sur le marché. Ce sceau garantit que le bambou est âgé d’au moins 5 ans, qu’il provient d’une bambouseraie bien gérée qui n’a requis aucune irrigation ni ajout de pesticides, et dont seulement 20 % de la plantation est récoltée annuellement. À l’heure actuelle, une seule marque de bambou, Plyboo, a obtenu la certification FSC.

Quoi savoir avant d’acheter ?

Tous les bambous ne sont pas égaux. « Les problèmes potentiels du bambou proviennent de la qualité du produit, de l’assemblage des lamelles qui forment les planches et de la qualité du vernis », explique Yves Perrier. Un bambou de qualité doit être âgé d’au moins 5 ans lors de sa récolte. La résistance du vernis est très variable d’un produit à l’autre. Il est préférable d’acheter un plancher de bambou nature et de le vernir soi-même.

Les prix

Le bambou n’est pas très coûteux : de 4 $ à 4,50$ le pied carré pour un bambou régulier. Comme le souligne Yves Perrier, il vaut mieux éviter les soldes et s’approvisionner chez un marchand spécialisé qui connaît bien la provenance de ces produits et ses fournisseurs. Le bambou sans COV est plus cher : de 6,50$ à 7$ le pied carré, mais il est généralement de meilleure qualité.

À titre comparatif, le prix d’un plancher d’érable massif varie entre 5$ et 7,50$ le pied carré.

Vert, le bambou ? Oui, mais...

Intervenants

Jason Berlin Spécialiste du bambou à L’Entrepôt du Bambou.

Martin Seto Doctorant en Sciences forestières à l’Université Laval.

Yves Perrier Expert-conseil en habitation durable.

Sujet : Consommer mieux   Construire / rénover   Préserver la nature  

Liens utiles

L’Entrepôt du Bambou

http://bamboowarehouse.ca/

Commercialise toute une gamme de produits de bambou, dont des planchers.



La Maison du Bambou

http://www.lamaisondubamboo.com/

Offre une gamme de planchers de bambou, dont les produits Plyboo (premiers planchers de bambou certifiés FSC).



Les guides Perrier

http://www.guidesperrier.com/produits_services/choix_produit/frame_ps_prod.html?http://www.guidesperrier.com/produits_services/choix_produit/finis_interieurs/bois_franc_ingenierie/planchers2.html

Quels planchers de bois franc écologiques choisir? L’avis de l’expert-conseil en habitation durable Yves Perrier.



Infos de la planète

http://www.infosdelaplanete.org/1426/une-revolution-verte-dans-le-batiment-le-bambou.html

Un tour d’horizon du bambou en tant que matériau « vert ». Site français.



Aussi dans cette émission

Les shampoings écologiques

Les Denis Drolet se décoiffent pour tester des shampoings écologiques

Sujet : Consommer mieux   Prendre soin de soi  

Recycler les ampoules fluocompactes

Un nouveau réseau de recyclage pour les fluocompactes.

Sujet : Construire / rénover   Polluer moins   Réduire / Recycler / Réutiliser  

Les résidus de bois

Tout se recycle, même les vieux bouts de bois !

Sujet : Construire / rénover   Réduire / Recycler / Réutiliser