Un golf vert: un pas dans la bonne direction

Par Pascale Tremblay

Émission du 11 mars 2009

Réagissez sur notre page facebook

Au Québec, comme un peu partout dans le monde, certains golfs font des efforts pour réduire leurs impacts écologiques (réduction de pesticides et meilleure gestion de l’eau), mais cela ne veut pas dire que le golf soit devenu écologique pour autant. Ils peuvent encore utiliser des pesticides, contrairement aux propriétaires de résidences, en raison d’une décision du gouvernement du Québec. S’ajoute à cela une abondante utilisation d’eau pour répondre aux exigences esthétiques des propriétaires de terrain et des joueurs de golf. Dans ce contexte, le golf vert est-il possible ?

L’exemple du Golf du Lac Brome

Quelques golfs, une dizaine au total au Québec, se démarquent cependant de la tendance et font de réels efforts pour améliorer leurs pratiques culturales. C’est le cas du Golf du Lac Brome, en Estrie, un golf conçu et entretenu pour répondre aux normes de la certification Audubon, une certification américaine accordée aux golfs « plus verts ».

En opération depuis 1997, le Club s'est joint dès sa conception à la section internationale du programme de golfs sanctuaires d’Audubon International. Cet organisme à but non lucratif américain existe depuis près de 20 ans et fait la promotion d’une bonne gestion écologique et de la saine conservation des ressources au moyen de programmes d’éducation et de certification pour les terrains de golf, mais aussi pour les résidences privées, les terrains, commerciaux et industriels, les cimetières, les écoles et autres types de terrains. Ce programme aide les gens à mettre sur pied un programme de gestion environnementale et reconnaît leurs efforts par un système de certification.

Au Québec, 9 terrains de golfs, dont 6 sont des clubs privés, ont obtenu la certification Audubon International sur un total de près de 360 terrains. Il ne faut cependant pas confondre Audubon International et la National Audubon Society, qui a pour mission la préservation et la restauration des écosystèmes naturels, plus spécialement ceux des oiseaux.

Planifier la conception

« Dès le départ, le Golf du Lac Brome a été conçu pour répondre aux exigences de la certification Audubon. », explique Claude St-Pierre, l’architecte du club. « Il y avait 6 éléments à respecter.»

• la planification environnementale
• la conservation et la gestion de l’eau
• l’amélioration des pratiques culturales incluant la réduction des produits chimiques et la sécurité
• la gestion des habitats et de la faune
• l’éducation du public

« Une des caractéristiques les plus intéressantes du Club de Golf Lac Brome », poursuit Claude St-Pierre, « c’est vraiment la construction de bassins de récupération de l’eau de ruissellement. Ce sont des lacs artificiels construits pour irriguer le terrain. » Il y a aussi le système de drainage et d’irrigation qui permet de ne pas contribuer à la dégradation des cours d’eau. Les bassins servent à fournir de l’eau pour arroser le golf et le système de drainage est conçu pour ne pas rejeter l’eau d’irrigation dans les cours d’eau avoisinants.

De plus, on a conservé une bande riveraine d’environ 9 mètres près du ruisseau qui se trouvait à l’origine sur le terrain pour éviter que les produits polluants finissent par aboutir dans le cours d’eau.

Nouvelles pratiques culturales

«Ce qui distingue principalement un golf « vert » d’un golf « classique » c’est surtout la gestion de l’eau et les techniques d’entretien du golf qu’on appelle les pratiques culturales. On tente le plus possible de faire les choses différemment sur l’ensemble du terrain.», explique André Langlois, surintendant du Club de Golf du Lac Brome.

Par exemple, il n’y a aucun épandage de pesticides autour des lacs. Et on traite toujours de façon curative plutôt que préventive. « Quand on s’aperçoit que les verts sont atteints par une maladie quelconque, on attend avant de voir comment le gazon va réagir avant de traiter. On n’interviendra que si le problème s’aggrave. » poursuit André Langlois. Dans un golf classique, on peut faire des traitements préventifs jusqu’à 2 semaines à l’avance.

Résultats : on a utilisé très peu de pesticides à l’été 2007 et presque pas d’insecticides sur les greens, ce qui est très rare pour les golfs classiques. On arrose tôt le matin plutôt que la nuit pour éviter le développement de maladies qui nécessiterait l’utilisation de pesticides. On a sélectionné des graminées de gazon plus résistantes à la sécheresse et on fixe la hauteur de coupe des pelouses au niveau le plus élevé possible afin de réduire les problèmes d’insectes et de maladies.

Toutes ces mesures combinées ont permis de réduire l’utilisation de fongicides (le type de pesticide le plus utilisé par les golfs surtout pour les verts) et le nombre de surfaces traitées. En 2008, le golf a utilisé 15 litres de fongicides pour traiter une surface de 9 000 m2. Les années précédentes, on en avait utilisé 70 litres sur une superficie de 73 900 m2. « On essaie toujours de pousser la zone de tolérance au maximum avant de traiter ».

Le Golf du Lac Brome a aussi été aménagé pour limiter les impacts sur l’écosystème original. On a conservé des bandes de forêts, les petits animaux peuvent s’abreuver dans l’eau des ruisseaux, des nichoirs ont été installées tout au long du parcours pour accueillir les hirondelles au printemps. Il n’est pas rare de rencontrer des canards et des oies sauvages sur le parcours et d’entendre le chant des pics-bois.

Un exemple à suivre ?

Même si tout n’est pas parfait, la biologiste Edith Smeesters qui a fondé la Coalition pour les alternatives aux pesticides, se dit impressionnée des résultats. « Les principaux problèmes reliés aux golfs, c’est la quantité d’eau nécessaire à l’entretien du terrain et l’utilisation abondante de pesticides. Les pesticides peuvent être dangereux pour la santé humaine, particulièrement chez les enfants, et on le sait, plusieurs jeunes jouent aussi au golf. Il n’est pas rare de voir des golfs procéder à l’épandage alors que les golfeurs sont sur le terrain. Et le problème avec les pesticides, c’est que le risque augmente avec la fréquence des expositions. Ici, on a, à la fois amélioré la gestion et la qualité de l’eau et diminué de beaucoup l’utilisation de produits chimiques. Si tous les golfs faisaient ça, ça serait une nette amélioration. », conclue Madame Smeesters.

Même s’ils ne sont pas soumis au Code de gestion des pesticides, les golfs ont l’obligation de déposer auprès du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs un plan triennal de réduction de l’utilisation des pesticides, depuis avril 2006. Ils se sont fixé une réduction de l’ordre de 25 %.

Pourquoi alors le genre de pratique mise en place par le Golf Lac Brome, n’est-elle pas plus répandue ? « C’est le concept du golf même qu’il faudrait changer », estime Madame Smeesters. Les propriétaires de golfs affirment que ce sont les joueurs qui veulent des surfaces parfaites alors que les joueurs disent que ce sont les propriétaires qui leur imposent cette façon de faire. » L’œuf ou la poule finalement !

Pour entamer le mouvement, rien de mieux cependant qu’un peu de pression : la prochaine fois que vous irez jouer au golf, parlez-en avec le surintendant ou le propriétaire. On ne sait jamais.

Surtout que l’entretien d’un golf vert est nettement moins coûteux que celui d’un golf classique : 30 % moins cher au Golf Lac Brome. Un argument toujours convaincant !

Intervenants
Claude St-Pierre, Architecte de golf, FCS Développement et design de golf
André Langlois, Surintendant du Club de Golf du Lac Brome depuis plus de 3 ans.
Édith Smeesters, Biologiste et fondatrice de la Coalition pour les alternatives aux pesticides

Sujet : Polluer moins   Polluer moins   Préserver la nature   Se divertir  

Liens utiles

Club de Golf Lac Brome

http://www.golflacbrome.com/

Audubon International

http://acsp.auduboninternational.org/

Coalition pour les Alternatives aux Pesticides (CAP)

http://www.cap-quebec.com/golfs.php?Lang=fr#

Code de gestion des pesticides

http://www.mddep.gouv.qc.ca/pesticides/permis/code-gestion/index.htm

Protégez-vous contre les pesticides

http://www.phac-aspc.gc.ca/

Agence de santé publique du Canada



Aussi dans cette émission

Conseils pour campeurs écolos

Plus vert en camping !

Sujet : Polluer moins   Préserver la nature   Se divertir  

Les sacs de plastique: en avoir ou pas ?

Le retour du bon vieux sac de plastique

Sujet : Consommer mieux   Polluer moins   Réduire / Recycler / Réutiliser   Tendances et enjeux  

Remplacer le bois traité

Solutions de rechange au bois traité

Sujet : Consommer mieux   Construire / rénover  

Le prêt-à-camper

Après le prêt-à-porter, voici le prêt-à-camper !

Sujet : Consommer mieux   Se déplacer / voyager   Se divertir