Une allée de garage sans asphalte

Par François-Nicolas Pelletier

Émission du 18 mars 2009

Réagissez sur notre page facebook

Lorsque vient le temps de construire ou de rénover son entrée de voiture, la plupart d’entre nous n’imaginent pas qu’on puisse utiliser d’autres matériaux que l’asphalte. Et pourtant, il existe des façons de verdir (parfois littéralement) cette partie de la propriété à laquelle on accorde peu d’attention.

Une entrée verte plutôt qu’une entrée noire ?

Il faut dire que l’asphalte n’est pas un matériau idéal d’un point de vue environnemental. D’abord, il absorbe et conserve beaucoup de chaleur. Ce faisant, il contribue à augmenter la température en milieu urbain. L’été, il participe à la formation d’« îlots de chaleur », des zones urbaines où la température est supérieure à celle des environs.

Un autre défaut de l’asphalte est son imperméabilité : en cas de pluie, l’asphalte favorise un écoulement rapide des eaux vers les égouts. En ruisselant ainsi dans les stationnements, puis dans les rues, l’eau charrie des polluants (huiles usées, phosphore, etc.) qui aboutissent dans le réseau fluvial ou dans les usines de traitement des eaux. Le phosphore, on le sait, est responsable du problème des algues bleues.

Finalement, l’asphalte contient 5 % de bitume, un sous-produit du pétrole (le reste est de l’agrégat de pierres) et nécessite beaucoup d’énergie lors de la fabrication, du transport et de la pose.

Pour verdir son entrée, il faut choisir des surfaces pâles qui absorbent moins de chaleur et qui laissent filtrer l’eau dans le sol pour empêcher le ruissellement. Concrètement, voici quatre solutions qui respectent ces principes.

La base

Quelle que soit la solution choisie, il faut commencer par installer une base qui facilitera l’écoulement de l’eau dans le sol. Voici comment faire une base qui pourra servir à n’importe quel type de revêtement.

Au fond, on commence par mettre une membrane géotextile qui laisse passer l’eau, mais qui permet de garder notre fondation de gravier en place.

On ajoute ensuite du gravier dit « net » ou « homogène » de 3/4 de pouce sur une épaisseur de 25 à 30 cm (10 à 12 pouces). On parle de gravier homogène parce qu’il est formé de cailloux de taille identique. Il est important de choisir ce gravier « net » ou « homogène », parce qu’un gravier qui contiendrait des roches de tailles différentes aurait tendance à se compacter et à devenir imperméable. À noter que ces graviers mixtes (habituellement 0’’– 3/4") sont toujours la norme dans l’industrie.

On ajoute ensuite une nouvelle membrane géotextile sur laquelle on installe le lit de pose, formé d’un gravier homogène plus fin, de 1/4 de pouce (la membrane géotextile permet d’éviter le mélange des graviers).

Une fois cette base installée, on peut choisir un des quatre revêtements suivants.

Les revêtements

1. Le pavé « perméable »
C’est un revêtement similaire aux entrées de pavés de béton qu’on voit depuis longtemps. Mais il y a deux différences importantes : on utilise des pavés qui contiennent des protubérances qui servent à espacer les pavés les uns des autres; ensuite, au lieu de remplir l’espace entre les pavés avec un sable polymère qui durcit et devient imperméable, on utilise un gravier fin (p.ex., 1/4") qui permet à l’eau de s’écouler.

Il faut seulement prévoir nettoyer les espaces entre les pavés de temps à autre puisque la matière organique peut s’y accumuler et colmater les espaces entre les cailloux. Une balayeuse industrielle fait l’affaire.

Cette solution est esthétique et durable, mais relativement coûteuse : environ 100 $ / m2 (tous les prix incluent l’achat et la pose).

2. Le gazon renforcé

Vous rêvez d’une entrée qui ne tranche pas avec la pelouse? C’est possible avec le gazon renforcé. On peut en effet « renforcer » un gazon en installant une structure d’alvéoles en plastique qu’on place sur notre lit de pose. On remplit ensuite les alvéoles d’un terreau dans lequel on sème du gazon (éviter la tourbe qui n’aurait pas le temps de prendre avant que le véhicule n’emprunte l’entrée). Il existe aussi des structures de béton apparentes dans lesquelles on laisse pousser le gazon.

C’est une solution très jolie et efficace pour rafraîchir l’environnement (mieux que l’asphalte et les pavés de béton). Toutefois, même renforcé, le gazon conserve une certaine fragilité, et ce revêtement n’est peut-être pas à recommander pour des usages particulièrement fréquents. C’est aussi une solution assez coûteuse : 95 $ / m2.

3. Le gravier
Aussi banal qu’il puisse paraître, le bon vieux gravier est une solution parfaitement écologique. Il laisse filtrer l’eau et évite ainsi le ruissellement. Il s’agit simplement d’ajouter une couche supplémentaire de gravier décoratif (au choix), d’environ ½ pouce sur le lit de pose.

Ce peut être une solution esthétique (en fonction du gravier choisi) et surtout peu coûteuse :
35 $ / m2. Elle nécessite seulement un peu d’entretien pour éviter que le gravier déborde trop dans la rue ou sur le terrain. Attention, certaines municipalités l’interdisent.

4. Les bandes de roulement
Finalement, on peut envisager une solution mixte, comme l’installation de bandes de roulement (en pavé de béton ou en gravier) entourées de verdure ou de gravier. Les bandes de roulement donnent un bon appui aux roues du véhicule, tout en permettant une bonne infiltration de l’eau. Si les bandes sont accompagnées de verdure (gazon, couvre-sol, petites fleurs), la chaleur est d’autant réduite.

En plus d’être écologique et jolie, cette solution n’est pas trop coûteuse : entre 50 et 60 $ / m2.

Comparativement à toutes ces solutions, l’asphalte coûte environ 40 $ / m2. Comme l’asphalte est peu coûteux et qu’il est encore la norme, c’est souvent l’option qui est favorisée par la plupart des entrepreneurs. Mais les avantages écologiques et esthétiques des solutions proposées valent les quelques dollars supplémentaires qu’il faudra débourser ! On voit d’ailleurs apparaître ce genre de solutions dans les municipalités, notamment des « ruelles vertes » qui intègrent ces principes. C’est une tendance à suivre !

Intervenants
Michel Rousseau : Architecte-paysagiste et président du Groupe Rousseau-Lefebvre.
Marc Legault : propriétaire de résidence privée et entrepreneur (L’entremise, constructions rénovations).

Informations complémentaires

Pour le pavé perméable : la compagnie Tech-Bloc, qui a fourni les pavés qu’on voit dans le reportage. http://www.techo-bloc.com/

Pour le gazon renforcé : dans le reportage, on voit le produit Grasspave2, produit par la compagnie américaine Invisible structures. Au Québec, il est distribué en exclusivité par Solmax-Texel. http://www.sol-tex.qc.ca/

On peut aussi commander par Internet des structures similaires auprès de la compagnie ontarienne Green Innovations. http://www.greeninnovations.ca/

Troisième option : la compagnie américaine PermaTURF. Il n’y a pas de distributeur officiel au Québec, mais on peut demander un estimé ou commander directement par Internet. http://www.permaturf.com/

Sujet : Consommer mieux   Construire / rénover   Polluer moins   Préserver la nature  

Liens utiles

Groupe Rousseau-Lefebvre, architectes paysagistes

http://www.rousseau-lefebvre.com/

Guide d’aménagement environnemental des ruelles

http://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/vie_democratique/participation_citoyenne/conseils_quartier/limoilou/vieuxlimoilou/docs/Guide_ruelles.pdf

Conseil du bâtiment durable du Canada

http://www.cagbc.org/leed/systemes/nouvelle_construction/documents.php

Informations sur la certification LEED



Invisible structures

http://www.invisiblestructures.com/

Tech-Bloc

http://www.techo-bloc.com/

Solmax-Texel

http://www.sol-tex.qc.ca/

Green Innovations

http://www.greeninnovations.ca/

PermaTURF

http://www.permaturf.com/

Aussi dans cette émission

Efficaces, les chasse-moustiques naturels ?

Des campeurs testent les chasse-moustiques écologiques

Sujet : Consommer mieux   Prendre soin de soi   Préserver la nature  

Verdir les murs

Osez le mur végétal

Sujet : Construire / rénover   Jardiner  

Les légumes de la ferme sur votre table

Adoptez un fermier !

Sujet : Consommer mieux   Préserver la nature   S’alimenter