La vie en vert teste deux autos électriques

Par Pascale Tremblay

Émission du 7 janvier 2009

Réagissez sur notre page facebook

Après un certain succès au début du XXè siècle, l’auto électrique est tombée dans l’oubli pour tenter de renaître de ses cendres au cours des dernières décennies. Récemment, l’arrivée sur le marché de petites voitures comme la ZENN est venue brouiller les cartes à cause des performances inadéquates de ce type de véhicule. Mais voilà qu’apparaît la lumière au bout du tunnel avec des voitures hybrides rechargeables dont les performances se comparent à celles des voitures conventionnelles. Malgré des différences dans la configuration des motorisations et des batteries, ces voitures offrent toutes un avantage certain : la capacité d’effectuer la grande majorité des déplacements sur courtes distances en mode 100 % électrique sans pétrole et sans pollution.

La Vie en vert a testé deux voitures hybrides rechargeables. La première est une Toyota Prius modifiée par une équipe de l’Université Laval. Elle nous est présentée par Philippe Bélanger, de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval.

La deuxième est une voiture française de série modifiée par une entreprise spécialisée. Elle fait partie d’un parc de cinq voitures électriques testées par Hydro-Québec. Elle nous est présentée par Flavie Côté, attachée de presse et porte-parole d’Hydro-Québec.

Une Prius modifiée à l’Université Laval

C’est dans le cadre d’un projet pilote pour étudier le potentiel des voitures électriques que la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval a décidé de modifier des voitures de marque Toyota Prius pour les rendre rechargeables. Une entente avec Enersys, une entreprise de Nouvelle-Angleterre qui est un leader mondial de la fabrication de batteries, a facilité les choses.

Une voiture hybride comme la Prius permet déjà de consommer moins d’essence que d’autres modèles de taille équivalente. Le principe est simple : le moteur à essence est plus petit, et donc moins gourmand, que les moteurs que l’on retrouve sur des modèles de cette taille. Pour compenser le fait qu’il soit moins puissant, il est aidé par un moteur électrique pour mieux accélérer, ou pour monter une côte. La batterie qui alimente le moteur électrique est rechargée par le moteur à essence et par l’énergie récupérée au freinage.

Pourquoi modifier des Prius ? « Ce qui manquait le plus à cette voiture, c’est la possibilité de recharger la batterie à partir du réseau d’électricité. Nous avons remplacé la batterie par une batterie beaucoup plus performante, qui peut stocker 6 fois plus d’énergie que la batterie d’origine. Elle est aussi plus volumineuse et on a du utiliser l’espace qui servait à la roue de secours », explique Philippe Bélanger.

Le résultat : en stockant suffisamment d’énergie électrique, il devient possible de parcourir 50 km à une vitesse de 55 km/h en mode 100 % électrique. Cela peut paraître peu, mais 80 % des déplacements se font sur moins de 60 km. Si on peut brancher la voiture à son lieu de travail, par exemple, on peut effectuer une plus grande distance en mode tout-électrique

La Prius modifiée offre plusieurs avantages, notamment sur le plan financier. Ce type de modification coûte cher, mais après coup, on peut rouler pour presque rien. Pour charger les batteries, il en coûte un peu de moins de 50 cents. « En mode tout électrique, on ne produit pas de pollution, pas de gaz à effet de serre, on réduit notre dépendance au pétrole. Quant à l’essence, si on ne fait que de courts trajets à basses vitesses, on n’en dépense pas. Sinon, on peut s’attendre à des consommations d’environ 1,8 litre au 100 km. C’est beaucoup moins que ce que consomme une Prius standard, résume Philippe Bélanger ».

La nouvelle batterie a recours à la technologie lithium-ion, tout comme celle des ordinateurs portables. On peut les recharger 2600 fois, ce qui devrait leur permettre de durer plus de 7 ans si on se sert de la voiture tous les jours. À la fin de leur vie, ces batteries sont entièrement recyclables.

Une Française électrique chez Hydro-Québec

De son côté, Hydro-Québec teste cinq véhicules Cleanova modifiés en France pour fonctionner 100 % à l’électricité. Ce sont des produits Renault qui ont été transformés en France par une firme spécialisée. Le moteur a été conçu par une filiale d’Hydro-Québec.

Dans la Cleanova, on retrouve 26 modules de batteries lithium-ion qui alimentent un moteur électrique relié à la transmission du véhicule. Il y a une petite génératrice, que l’on appelle le prolongateur d’autonomie, qui permet de recharger les batteries. Mais le moteur de la génératrice n’est pas relié aux roues du véhicule, sa fonction se limite uniquement à la recharge des batteries en cas de longs trajets. C’est donc une configuration différente d’une hybride comme la Prius par exemple, où le moteur à essence est relié aux roues tout en étant beaucoup plus gros. La Cleanova est aussi une hybride, mais c’est une hybride à prédominance électrique.

Avec l’énergie stockée dans ses batteries, la voiture peut parcourir 200 km sur route et 170 km sur un parcours mixte milieu urbain et route. La vitesse maximale est de 130 km/h. « C’est amplement suffisant pour faire tous ses petits déplacements en ville en mode 100% électrique. Et si de temps en temps, on effectue un trajet où on doit dépasser la limite de l’autonomie en mode 100% électrique, le prolongateur d’autonomie se met en marche et là, on obtient une autonomie de 450 kilomètres », précise Flavie Côté, porte-parole d’Hydro-Québec.

Avec le prolongateur d’autonomie, on peut se rendre à un chalet éloigné de sa résidence principale et même effectuer d’une traite un trajet comme celui qui sépare Montréal de Rivière-du-Loup, par exemple. On élimine ainsi en grande partie la principale contrainte des voitures électriques, c’est-à-dire la faible autonomie et la longue période de temps requise pour charger les batteries. Il faut d’ailleurs huit heures pour une charge complète sur une prise 220 volts.

Hydro-Québec ne s’intéresse pas à la fabrication d’une voiture électrique. Elle se limite à tester ce genre de voiture. Il est donc difficile de connaître l’éventuel prix de revient d’une telle voiture. Par contre, son coût d’utilisation est très faible.
« Faire le plein d’électricité avec la Cleanova ne coûte que 2,07 $, incluant les taxes. Et cela suffit pour faire au moins 170 km. Si on compare avec une voiture à essence, on peut s’attendre à payer environ 7 fois plus cher », explique Flavie Côté. En mode combiné, si on doit faire fonctionner le prolongateur d’économie, on obtient une consommation de 5 litres/100 km, un peu moins qu’une voiture sous-compacte à essence.

En hiver, le véhicule fonctionne comme à l’habitude, sauf qu’il y a une légère baisse des performances à cause du froid. L’intérieur du véhicule n’est pas chauffé avec l’énergie des batteries. On utilise plutôt une petite chaufferette qui fonctionne à l’essence et qui ne consomme que 0,2 litre d’essence par heure d’utilisation.

Deux ans à patienter

Qu’ils choisissent une configuration à prédominance électrique, comme c’est le cas pour la Cleanova, ou une hybride comme la Prius avec des batteries plus performantes, une chose est certaine, les constructeurs automobile sont presque tous en train de mettre au point des modèles de voitures et de camions légers qui fonctionneront à l’électricité. Parmi eux, GM, Toyota, Volvo, Mitsubishi, Renault et Chrysler se sont engagés dans cette voie. Les premiers modèles devraient apparaître dans les salles de montre en 2010.

Sujet : Polluer moins   Se déplacer / voyager   Tendances et enjeux  

Liens utiles

Cleanova

http://www.cleanova.com/public/rubrique.tpl?id=8076&hl=FR

Site de la compagnie Cleanova :



A123Systems Hymotion

http://www.a123systems.com/hymotion

Site d’une entreprise qui propose de modifier des Prius pour les rendre rechargeables :



Rouler sans pétrole

http://multim.com/titre/?ID=260

Référence du livre «Rouler sans pétrole » écrit par le physicien Pierre Langlois :



EV World

http://www.evworld.com/

Site américain consacré aux véhicules électriques :



Electric Auto Association

http://www.eaaev.org/

Site américain consacré aux véhicules électriques :



Aussi dans cette émission

Foyer de masse: un nouveau mode de chauffage

Le foyer de masse : l’art de chauffer au bois différemment

Sujet : Construire / rénover   Économiser l’énergie   Polluer moins  

Le retour du traîneaux à chiens

Le traîneau à chiens délogera-t-il le skidoo ?

Sujet : Se déplacer / voyager   Tendances et enjeux  

Quoi mettre dans le bac ?

Que peut-on mettre dans le bac de recyclage ?

Sujet : Polluer moins   Réduire / Recycler / Réutiliser