Le retour du traîneaux à chiens

Par François Cardinal

Émission du 7 janvier 2009

Réagissez sur notre page facebook

Si la température du globe s’est réchauffée de 0,74°C au cours du dernier siècle, l’Arctique a connu pour sa part une hausse deux fois plus importante…Conséquence inattendue de ce bouleversement climatique: la pertinence de la motoneige comme principal moyen de transport dans le Nord est aujourd’hui remise en question.

Un récent rapport d’une équipe de scientifiques québécois et autochtones liée à l’Administration régionale Kativik recommande en effet d’abandonner le skidoo au profit du traîneau à chiens, un retour en arrière qui permettrait, à leur avis, de contrer les effets pernicieux des changements climatiques.

Les chercheurs reconnaissent que la motoneige, adoptée par tous dans le Grand Nord, a permis de faciliter les activités traditionnelles, comme la chasse et la pêche. Mais ils ont aussi constaté qu’elle a créé de nouveaux dangers de plus en plus menaçants dans un contexte de climat déréglé.
Quatre problèmes majeurs se posent, en fait.

La motoneige au rancart ?

D’abord, les motoneiges ne permettent pas de détecter la glace mince ou instable et de les contourner, contrairement aux chiens. Sur un traîneau, il est donc plus facile de s’adapter aux nouvelles contraintes des hivers, plus doux et plus courts, que sur une machine montée sur des chenilles.

Ensuite, les chiens ont une faculté dont ne peuvent se vanter les skidoos : l’intelligence. Lors des blizzards, les autochtones ont donc plus de difficulté à retrouver leur chemin en motoneige qu’en traîneaux à chiens. Ces derniers peuvent en effet retrouver la maison même dans les plus intenses des tempêtes.

Aussi, les chiens ont l’occasion de prouver qu’ils sont le meilleur ami de l’homme lorsque celui-ci chute dans l’eau glacée, un type d’accidents en hausse dans cette partie du globe. Les hivers étant plus doux, l’englacement se fait de plus en plus tard. Avec la conséquence que l’on imagine : des glaces plus minces qui peuvent facilement engloutir une motoneige. Le conducteur de traîneau, par contre, peut être tiré hors de l’eau par ses chiens.

Enfin, un traîneau ne rencontre jamais de bris mécaniques, contrairement au skidoo. Hors personne ne veut se retrouver en plein blizzard, seul avec sa motoneige en panne.

C’est pour toutes ces raisons que les scientifiques proposent aujourd’hui une sorte de retour en arrière, afin de s’ajuster à l’imprévisibilité climatique grandissante. Cela est, à leurs yeux, d’autant plus nécessaire que le réchauffement s’accélère à une vitesse qui, dans cette partie du globe, surprend même les scientifiques les plus pessimistes.

Sujet : Se déplacer / voyager   Tendances et enjeux  

Liens utiles

Le texte intégral de l’étude

www.ouranos.ca/doc/Rapports%20finaux/ARK.pdf

Le portail francophone du GIEC

http://www.ipcc.ch/languages/french.htm

Le plus vaste rapport sur la question des changements climatiques en Arctique (en anglais)

http://www.acia.uaf.edu/

Aussi dans cette émission

La vie en vert teste deux autos électriques

Des voitures électriques sur les routes du Québec, ça existe ! On en a testé deux.

Sujet : Polluer moins   Se déplacer / voyager   Tendances et enjeux  

Foyer de masse: un nouveau mode de chauffage

Le foyer de masse : l’art de chauffer au bois différemment

Sujet : Construire / rénover   Économiser l’énergie   Polluer moins  

Quoi mettre dans le bac ?

Que peut-on mettre dans le bac de recyclage ?

Sujet : Polluer moins   Réduire / Recycler / Réutiliser