OGM. Est-ce possible de les éviter?

Réagissez sur notre page facebook

Au Québec, il n’y a pas d’étiquetage obligatoire des organismes génétiquement modifiés (OGM). Pourtant, une grande majorité de consommateurs aimeraient pouvoir identifier les aliments qui en contiennent. En l’absence d’étiquetage des OGM, existe-t-il des trucs pour les éviter à l’épicerie ?

Pour commencer…
Il est utile de savoir que le coton, le mais, le soja et le colza représentent 99 % des OGM cultivés dans le monde. Les cultures de fruits et légumes issus du génie génétique sont donc encore marginales. De plus, ce n’est pas parce qu’un OGM est autorisé à la commercialisation qu’on le retrouve réellement sur les tablettes. Ainsi, bien que des variétés de betterave, tomate, patate, courge, melon et papaye génétiquement modifiées soient autorisées au Canada, elles n’y sont pas commercialisées, en ce moment.

Des OGM dans les fruits et légumes ?
La probabilité de trouver des fruits et légumes génétiquement modifiés à l’épicerie est donc très faible mais pas nulle. Un petit truc en cas de doute : regardez le premier chiffre sur l’étiquette adhésive qu’on retrouve sur les fruits et légumes en vrac. Si la série de chiffres ne débute pas par le chiffre huit, ce n’est pas un OGM.

Viandes, poissons et produits laitiers
Aucun animal transgénique n’entre dans l’alimentation humaine. En ce moment, ces animaux sont confinés dans les laboratoires. De plus, si des animaux sont nourris avec des grains génétiquement modifiés, leur digestion fait en sorte qu’on ne retrouve pas de traces d’OGM dans le lait, la viande ou les œufs.

Alors où sont les OGM ?
Principalement dans les aliments transformés industriellement qui contiennent du mais, du canola et du soja génétiquement modifiés, sous forme d’ingrédients comme l’amidon et le sirop de glucose. Mais attention, ce n’est pas parce qu’un produit alimentaire contient des ingrédients génétiquement modifiés qu’il en subsiste des traces dans le produit final. En effet, les étapes de transformation du produit (comme la cuisson des aliments ou l’extraction de l’huile, par exemple) peuvent détruire toutes traces du gène génétiquement modifié.

Alors, quelle est la part des OGM dans notre panier d’épicerie ?
Une étude publiée en 2009 par des chercheurs de l’Université Laval a évalué l’incidence des OGM dans les aliments du Québec. Dans cette recherche, on a testé trente-six aliments transformés susceptibles de contenir des OGM. Résultat : 55 % produits testés contenaient des OGM, mais à l’état de traces seulement. Ces aliments échapperaient donc à l’étiquetage si le Québec se dotait d’une loi obligeant les manufacturiers à indiquer la présence de transgène dans leurs produits, comme c’est le cas en France. Trois produits sur trente-six en contenaient des teneurs élevées.

Extrapolant les résultats de cette étude, les chercheurs de l’Université Laval concluent que dans un panier d’épicerie normal – rempli de fruits, légumes, viandes, poissons, produits laitiers, jus et produits transformés de toutes sortes – seulement 3 % des aliments contiennent des OGM à un niveau supérieur au seuil de tolérance européen de 0,9 % (voir plus bas).

Impacts environnementaux des cultures OGM
Mais les résultats de cette étude ne rassurent pas les organismes qui militent en faveur de l’étiquetage des OGM. En effet, ces derniers aiment rappeler qu’au-delà du panier d’épicerie, la culture des OGM comporte des risques environnementaux réels. En effet, le transgène d’une plante génétiquement modifiée peut s’échapper dans l’environnement et contaminer les plantes indigènes et biologiques, avec pour résultat de menacer la biodiversité et de créer des problèmes avec les cultures biologiques. À titre d’exemple, les cultures de canola OGM sont devenues si importantes au Canada (plus de 85 % des cultures de canola sont OGM) qu’il est devenu pratiquement impossible d’y cultiver du canola biologique. On craint aussi le développement de résistances aux insectes et aux mauvaises herbes, ce qui pourrait pousser les agriculteurs à utiliser plus d’insecticides et d’herbicides pour leurs cultures.

Que faire ?
En l’absence d’étiquetage des OGM, les consommateurs peuvent éviter les produits transformés industriellement en préparant eux-mêmes leurs aliments avec des produits frais ou choisir des produits biologiques. En effet, la certification des produits biologiques garantit qu’ils sont sans OGM.

INVITÉS

Valérie Levée
Docteure en biologie végétale et journaliste scientifique
Auteure du livre : Stéroïdes pour comprendre les OGM (Amérik Média)

Charles Tanguay
Responsable des communications
Union des consommateurs

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Étiquetage des OGM en Europe
Depuis 2004, la réglementation européenne impose la mention « issu de (nom de la plante) génétiquement modifié » lorsque les ingrédients, additifs ou arômes des produits alimentaires contiennent plus de 0,9% d’OGM.

Des résultats similaires
En 2009, une étude similaire à celle menée à l’Université Laval a été produite par une équipe de l’Université Mc Gill. Les chercheurs ont analysés trente-quatre aliments typiquement consommés au Québec, différents de ceux testés par l’équipe de l’Université Laval. De ce nombre, seulement deux contenaient des traces d’OGM.

Préoccupations commerciales
Plusieurs organismes, comme l’Union des consommateurs et Greenpeace Canada, sont inquiets des pratiques commerciales entourant les cultures OGM dans le monde. En effet, celles-ci encouragent la dépendance des agriculteurs envers les semenciers propriétaires de semences génétiquement modifiées. Pour plus d’informations sur le sujet, consultez les sites Internet de ces organismes ou visionnez le documentaire Le monde selon Monsanto (voir plus bas).

SUGGESTIONS

LIVRE : Stéroïdes pour comprendre les OGM, Valérie Levée (Amérik Média)

DOCUMENTAIRE : Le monde selon Monsanto, Marie-Monique Robin (coproduction Arte France, ONF, WDR, Image et Compagnie, Productions Thalie)

Sujet : S’alimenter  

Liens utiles

Union des consommateurs

http://www.consommateur.qc.ca/union-des-consommateurs/?s=oGm

Dossier sur les OGM



Greenpeace Canada

http://www.greenpeace.org/canada/fr/campagnes/ogm/

Campagne pour l’étiquetage des OGM



OGM Québec

http://www.ogm.gouv.qc.ca/

Aussi dans cette émission

Mobilier de jardin

Choisir son mobilier de jardin en pensant environnement

Sujet : Consommer mieux  

COCKLUCH

L’art de porter trois manteaux de cuir à la fois

Sujet : Réduire / Recycler / Réutiliser   Se vêtir  

De l'utilité des sacs de plastique

Enfin des sacs de plastique utiles !

Sujet : Réduire / Recycler / Réutiliser  

L’éco-Fatigue

L’éco-Fatigue