La pollution intérieure

Par Ariane Paré-Le Gal

Émission du 5 octobre 2010

Réagissez sur notre page facebook

Nous passons en moyenne 90 % de notre temps à l’intérieur où malheureusement l’air est souvent plus vicié qu’à l’extérieur. En effet, nos maisons regorgent de polluants divers tels les contaminants biologiques comme les moisissures, les bactéries, les virus et les acariens, qui sont très problématiques, mais plus faciles à identifier et à cerner, et les polluants chimiques qui peuvent provenir de sources très variables et qui sont souvent difficiles à identifier et à éviter.

Les polluants chimiques, de quoi s’agit-il?
Parmi les polluants chimiques les plus connus, on retrouve le benzène, le toluène, le formaldéhyde, et le xylène, tous des composés organiques volatiles, qui proviennent d’une foule d’objets et de matériaux dans la maison. Ces émanations toxiques sont responsables autant de causer des cancers que des allergies ou des troubles nerveux, mais elles sont aussi à l’origine de problèmes environnementaux dont le smog.

Les polluants chimiques sont particulièrement pernicieux, car on les associe à la pureté et à la fraîcheur. En effet, les odeurs de “neuf”, de fragrances et de “propre” sont généralement perçues positivement alors qu’elles nous empoisonnent. Surtout, on ne connaît rien de l’effet combiné de ces substances que nous respirons quotidiennement. Il est donc très important d’appliquer le principe de précaution et de réduire au minimum la pollution intérieure.

Identifier les polluants chimiques
Notre nez est le meilleur guide pour détecter les polluants chimiques. S’il y a présence d’odeur, c’est que le produit dégage des émissions qui sont potentiellement toxiques.

Toutes les maisons peuvent être aux prises avec des problèmes de pollution chimique, mais les maisons neuves ou rénovées présentent plus souvent ce type de problème en raison de tous les nouveaux matériaux neufs qu’elles contiennent. Il faut d’abord éliminer les principales sources de polluants en portant une attention particulière aux grandes surfaces auxquelles nous sommes principalement exposés.

La moquette synthétique émet des polluants chimiques, car elle est généralement faite à partir de dérivés de pétrole, et les sous-tapis et diverses colles utilisés pour installer la moquette ne sont guère mieux. De plus, la moquette emprisonne la poussière qui elle-même, est porteuse de polluants biologiques et chimiques. Ce sont les deux principaux ennemis dans la maison!

Le bois aggloméré et les panneaux de particules de bois sont faits avec de la colle qui contient beaucoup de formaldéhyde. Malheureusement, nos maisons sont pleines de bois aggloméré : des planchers en bois flottant en passant par les armoires de cuisine, les bibliothèques et les lits.

Les produits de rénovation et de bricolage comme les peintures, teintures, vernis, scellants, etc., émettent des composés organiques volatiles nocifs, tant pour la santé que pour l’environnement.

Les produits ménagers contiennent entre autres du chlore et de l’ammoniaque qu’on répand dans la maison lors de leur utilisation, mais desquels émanent des substances même lorsqu’on ne les utilise pas. Ces produits peuvent avoir des impacts importants sur notre système nerveux. C’est la même chose avec les produits cosmétiques qui remplissent la pharmacie.

Les produits parfumés comme les bougies, les parfums d’ambiance à brancher à vaporiser ou à brûler, les détergents parfumés, les assouplisseurs en feuilles et l’eau de toilette contiennent des fragrances généralement faites de produits pétroliers qui dégagent des substances toxiques.

Les traitements antitaches et anti-UV pour meubles, rideaux, et même le nettoyage à sec devraient être évités, car ils émettent des composés organiques volatils. Si vous devez faire nettoyer à sec, aérez vos vêtements avant de les porter.

Les plastiques qui composent une foule d’objets dans notre maison émettent des particules toxiques. C’est le cas par exemple du PVC et du vinyle qui, par exemple, contiennent des phtalates qu’on sait être des perturbateurs endocriniens. Les jouets d’enfants, les rideaux de douche, et les couvre planchers sont souvent faits de ces matériaux.

Réduire la pollution intérieure

Des matériaux plus sains
Idéalement, on se tourne vers des matériaux inertes qui ne dégagent rien comme le verre, le métal, la céramique et la pierre, ou vers des produits à base d’eau plutôt que de solvant, qui émettent un faible taux de COV, et qui de façon générale ne sentent pas trop fort. On doit magasiner avec son nez, pas seulement avec ses yeux! Pour savoir si un matériau dégage des polluants chimiques, on peut en demander un échantillon qu’on garde plusieurs heures dans un bocal hermétique près d’une source de chaleur comme le soleil : si l’odeur est trop forte à l’ouverture du bocal, alors on ne devrait pas choisir ce produit.

Réduire par étape
On doit d’abord éliminer les éléments polluants qui occupent les plus grandes surfaces dans la maison. Il faut porter une attention particulière aux produits exposés à la chaleur et à l’humidité, deux éléments qui augmentent le dégagement de polluants. Finalement, les sources de pollution devraient être éliminées en priorité dans les pièces où on passe le plus de temps comme la chambre à coucher. On peut aussi confiner les produits nocifs dans des bacs fermés ou dans des pièces qu’on fréquente moins.

Les matériaux dégagent moins de particules avec le temps. Voilà une bonne raison d’acheter usagé. On peut aussi faire aérer les matériaux ou les objets neufs avant de les utiliser dans la maison en les laissant quelque temps dans une pièce qu’on fréquente moins, ou en les laissant au soleil, car la chaleur aide les gaz toxiques à s’évaporer.

En dernier lieu, on peut considérer la ventilation pour améliorer la qualité de l’air d’une maison. L’idéal est d’avoir un ventilateur récupérateur de chaleur, mais on peut aussi utiliser la hotte de la cuisine ou de la salle de bain s’il y a une sortie extérieure, ou simplement ouvrir les fenêtres.

Sujet : Polluer moins  

Liens utiles

Société canadienne d’hypothèques et de logement,

http://www.cmhc-schl.gc.ca/

Divers guides sur la qualité de l’air intérieur, les matériaux sains, le contrôle des moisissures, la ventilation, etc.



Aussi dans cette émission

Mission Robe Noire

Une robe pour l’environnement

Sujet : Consommer mieux   Polluer moins   Se vêtir   Tendances et enjeux  

Recycler ses vêtements

Un geste simple pour l’environnement

Sujet : Réduire / Recycler / Réutiliser  

Écoquartier Vauban

Le quartier le plus vert au monde

Sujet : Tendances et enjeux  

Le window farming