RECYC-FRIGO

Par Ariane Paré-Le Gal

Émission du 12 octobre 2010

Réagissez sur notre page facebook

Qu’ils se cachent au sous-sol, dans le garage ou même dans la cuisine, les réfrigérateurs et congélateurs de plus de 10 ans sont de véritables dévoreurs d’énergie, consommant de 3 à 5 fois plus que les nouveaux appareils. Lancé en 2008 par Hydro-Québec, le programme Recyc-frigo vise à retirer ces appareils du marché pour les recycler, permettant d’une part des gains énergétiques, mais aussi une diminution importante des émission de gaz à effet de serre.

Participer au programme
Pour être admissible au programme Recyc-frigo, les réfrigérateurs et congélateurs doivent avoir 10 ans ou plus, faire entre 10 et 25 pieds cubes et être fonctionnels. La cueillette est gratuite et offerte sur tout le territoire québécois à l’exception du Nunavut. Après s’être départis de leur vieux réfrigérateur, les participants se voient remettre un chèque de 60$ par appareil.

La cueillette
Au moment de la cueillette, le réfrigérateur ou le congélateur est enregistré à l’aide d’un appareil sans fil pour assurer sa traçabilité jusqu’à ce qu’il soit broyé. À son arrivée à l’usine, chaque appareil subit une vérification de données pour savoir de quel modèle il s’agit et quelle est son année exacte de fabrication.

À l’usine de recyclage
Le tri manuel
L’intérieur de la porte est découpé, et les caissons et tiroirs de plastique sont retirés et le matériau sera revendu pour être réutilisé. Le verre trempé est retiré, mais ne peut être recyclé, contrairement au verre conventionnel. Finalement, les tiges métalliques sont retirées et recyclées.

Retrait des substances dangereuses
Les réfrigérateurs sont entrainés sur une chaîne de production pour que l’huile et les gaz CFC soient retirés du compresseur à l’aide d’une pompe-seringue étanche. Les gaz CFC (chlorofluocarbures) contribuent à l’appauvrissement de la couche d’ozone et aux changements climatiques. Ils n’entrent plus dans la fabrication des réfrigérateurs et des congélateurs depuis les années 90, et ont été remplacés par des HCFC dont l’effet sur la couche d’ozone est moindre, mais l’effet de serre largement plus important. L’huile qui est considérée comme un produit dangereux est récupérée pour être revendue et brûlée à très haute température, et les CFC sont confinés et sécurisés avant d’être eux aussi brûlés à haute température. Le compresseur est ensuite retiré, car son déchiquetage est plus complexe, puis il est envoyé en Chine pour y être recyclé (le cuivre est récupéré), car il n’existe aucune compagnie qui en fasse le recyclage ici.

Déchiquetage du coffre
Le coffre du réfrigérateur composé d’aluminium, d’acier, de cuivre, de plastique et de mousse isolante, est envoyé dans une tour de broyage où il est déchiqueté. L’opération se fait sous vide pour permettre la récupération des gaz CFC restants dans la mousse isolante qui en contient jusqu’à 3 fois plus que le liquide réfrigérant. La mousse est séparée du reste, et rebroyée presque aussi finement que de la farine, puis chauffée à très basse intensité pour que les CFC qu’elle emprisonne soient dégagés. Cette technique de recyclage qui permet la récupération de tous les CFC contenus dans les réfrigérateurs et congélateurs est unique en Amérique du Nord. Par la suite, la mousse « nettoyée » est ensachée et revendue comme absorbant de produits dangereux ou elle est réutilisée dans la fabrication du polyuréthane. Les matières restantes (aluminium, acier, cuivre et plastique) sont séparées et revendues sur le marché du recyclage.

Recyc-frigo, un impact majeur sur l’environnement
Le programme a permis le recyclage de 220 000 appareils recyclés à 95%, et vise à envoyer à la casse 300 000 appareils d’ici le 1er janvier 2011, ce qui permettra d’économiser autant d’énergie que consomme une ville comme Val d’or en 1 année.

Loin au delà des gains énergétiques, le recyclage des réfrigérateurs a un impact majeur au niveau de la diminution des gaz à effet de serre. Avant l’existence du programme, la majorité des frigos désuets étaient envoyés à la casse pour la récupération des métaux car un appareil contient environ 70% d’acier. Les CFC et l’huile, la mousse isolante et le plastique n’étaient donc pas récupérés. Les matières autres que l’acier étaient broyées très finement et servaient de matériau de remblai pour les sites d’enfouissement. Or, dans chaque réfrigérateur, il y a l’équivalent en CFC de 2 à 4 tonnes de gaz à effet de serre. Sachant qu’un Québécois génère annuellement 11,5 tonnes de GES, recycler son réfrigérateur représente un des gestes les plus pertinent à poser en faveur de l’environnement.

Encore des vieux frigos!
Hydro-Québec a repoussé son objectif de 200 000 à 300 000 appareils recyclés devant l’engouement des participants, mais pour le moment, le programme est en évaluation pour savoir s’il sera poursuivi au-delà de la fin 2010. Cela dit, le parc d’appareils admissibles se situe entre 2,3 et 2,8 millions : il y a donc encore beaucoup de travail à faire! Des discussions sont en cours pour que le principe de responsabilité élargie des producteurs soit appliqué aux réfrigérateurs et congélateurs, et que les coûts du recyclage soient éventuellement défrayés par les fabricants eux-mêmes, car Hydro-Québec ne prévoit pas subventionner le programme à la long terme.

Sujet : Économiser l’énergie   Réduire / Recycler / Réutiliser  

Liens utiles

Programme Recyc-frigo

http://www.recycfrigo.com/fr

Aussi dans cette émission

DEL, l'avenir de l'éclairage?

Un éclairage d’avenir

Sujet : Économiser l’énergie  

Auto neuve ou usagée?

Auto neuve ou usagée ?

Sujet : Économiser l’énergie  

Publisac

Un Publisac « vertuel »

Sujet : Consommer mieux  

Vélo d'apprentissage