Vermicomposteur

Par Ariane Paré-Le Gal

Émission du 19 octobre 2010

Réagissez sur notre page facebook

Pour un très grand nombre de Québécois, le compostage est devenu au fil des années une très bonne solution pour diminuer la quantité de matières qu’ils envoient au dépotoir, et ainsi faire leur part pour l’environnement. En revanche, pour d’autres, cette solution demeure encore difficilement envisageable : les personnes à mobilité réduite et celles qui ne possèdent pas d’espace à l’extérieur par exemple. Pour ces personnes et pour tant d’autres, le vermicompostage apparaît comme une avenue des plus intéressantes!

Comme le compostage régulier, le vermicompostage est un procédé naturel qui permet de transformer les matières organiques en un fertilisant pouvant être utilisé entres autres dans le jardin et les plates-bandes. Toutefois, dans le cas du vermicompostage, les matières organiques sont transformées en majeure partie grâce à des vers de terre, et non pas seulement grâce à des micro-organismes.
Le principal avantage du vermicompostage est qu’on peut en faire à l’intérieur, ce qui n’est pas le cas avec le compostage régulier. Il est donc idéal pour les personnes qui n’aiment pas devoir sortir pendant l’hiver pour aller porter leurs restes de table dans le composteur. Il requiert peu d’espace, il est propre et il ne dégage pratiquement pas d’odeurs. De plus, les résultats sont plus rapides et de bien meilleure qualité! De trois à six mois pour le vermicompostage comparativement à un an ou deux pour le compostage régulier. Et l’autre bonne nouvelle, c’est que vous pouvez vous fabriquer un vermicomposteur vous-même! Voici comment faire.

FABRIQUER UN VERMICOMPOSTEUR

Outils et matériaux nécessaires :

- Ciseaux
- Perceuse électrique
- Bac en plastique de type « Rubbermaid » (24' x 16' x 12 ½' ou 61 cm x 40,6 cm x 31,8 cm)
- Membrane géotextile (en quantité suffisante pour recouvrir le fond du bac)
- Ruban adhésif entoilé (Duct Tape)
- Plateau de rétention
- Petits morceaux de bois ou n’importe quoi d’autre pour surélever le bac

Le vermicomposteur

1. À l’aide de la perceuse, faites des trous dans le fond du bac et sur le couvercle.
2. À l’aide des ciseaux, coupez un morceau de géotextile suffisamment grand pour recouvrir le fond du bac.
3. Fixez la membrane géotextile dans le fond du bac à l’aide du ruban adhésif entoilé.
4. Placez le plateau de rétention sous le bac.
5. Disposez les petits morceaux de bois de manière à éviter que le bac soit en contact direct avec le plateau de rétention.

Ingrédients nécessaires pour la litière :

- 25 litres de papier journal déchiqueté
- 6 litres de terreau (terre noire à jardinage)
- 2,5 tasses de sable
- 2 tasses de compost mûr ou de vermicompost
- 1,5 litre d’eau

La litière

1. Mélangez le papier journal, le terreau, le sable et le compost mûr dans le fond du vermicomposteur. Mesurez les quantités à l’oeil ou à l’aide de tasses à mesurer.
2. Incorporez l’eau graduellement de manière à obtenir une litière dont la texture est semblable à celle d’une éponge.

Les vers

Ajoutez les vers rouges une fois que la litière est terminée ( ¾ de livre suffiront pour un bac de 24' x 16' x 12 ½'). Pour qu’ils s’enfouissent dans la litière plus rapidement, ne mettez pas le couvercle du bac pendant quelques heures de façon à laisser pénétrer la lumière. Les vers détestent la lumière vive. Ainsi, ils s’empresseront d’aller explorer leur nouveau territoire. Commencez à les nourrir après 24 heures seulement.

Coût

Il faut calculer une quinzaine ou une vingtaine de dollars pour défrayer le coût des différents matériaux et ingrédients. Prévoyez également une vingtaine de dollars pour l’achat des vers de terre.

Informations complémentaires

Plusieurs sites Internet proposent des modèles de vermicomposteurs à concevoir soi-même. Vous n’avez qu’à choisir celui qui vous convient le mieux!

La plupart des écoquartiers de Montréal vendent des kits de vermicompostage.

La ferme Pousse-menu se spécialise dans la vente de vermicomposteurs. Vous pourrez également en trouver à la boutique Pour une planète verte, située à Chambly.

Ferme Pousse-menu
216, promenade Ronald
Montréal, Québec
H4X 1M8
514 486-2345

Pour une planète verte
995, boulevard Le Grand,
Chambly, Québec
J3L 1W2
450-715-1215

Notez que vous pouvez vous procurer des vers rouges dans la plupart des endroits où sont vendus les vermicomposteurs. Malheureusement, on ne peut pas les cueillir soi-même, à moins d’habiter le long de la ligne équinoxiale. Les vers rouges ne vivent pas au Canada. Quant aux autres types de vers, la plupart ne sont pas adaptés pour vivre dans un bac.

NOURRIR LES VERS

Il faut savoir que les vers rouges ne mangent pas n’importe quoi. Ils sont essentiellement végétariens. Il vaut mieux ne pas déposer de résidus verts provenant du jardin dans le vermicomposteur, ni des cheveux ou des féculents. Notez aussi qu’ils n’aiment pas trop les aliments acides tels que les limes et les citrons.

Également, il faut doser la quantité de matières organiques qu’on dépose dans le vermicomposteur. On ne peut nourrir les vers à l’aveuglette! Au départ, il faut donc évaluer la quantité de matières que les lombrics peuvent ingurgiter en une semaine. Une fois l’exercice complété, il faudra s’assurer de ne pas dépasser cette quantité. Les matières excédantes peuvent être conservées dans un pot et à la température de la pièce jusqu’à ce que les autres matières aient été ingurgitées. Aussi, il faut éviter de leur donner les matières qui ont fermenté pendant plus de quatre jours.

Lorsque vient le temps de nourrir les vers, il faut dégager un espace dans la litière en creusant un trou. On dépose ensuite la nourriture dans ce trou et on la recouvre avec de la litière. Également, il faut varier les emplacements où on nourrit les vers pour qu’ils bougent et ainsi faciliter la faire circulation d’air. Par ailleurs, pour obtenir un compost de la meilleure qualité qui soit, il est conseillé de varier l’alimentation des vers.

Recueillir le vermicompost
On récolte le vermicompost lorsque le volume de matières a nettement diminué et que la litière a complètement changé d’aspect. Cela prend de 3 à 6 mois. Il existe deux techniques pour la récolte, la technique de migration et la technique manuelle.

La technique de migration, qui est la plus simple, consiste à pousser le vermicompost et les vers d’un côté de la boîte et à remplir la partie vide de litière neuve. Une fois que c’est fait, on met les restants de table dans la nouvelle litière pour que les vers s’y dirigent en quête de nourriture. Après une semaine, on enlève le couvercle sous une lumière vive afin que les vers se réfugient sous la litière. On recueille ensuite le compost plusieurs couches à la fois.

La technique manuelle exige davantage de manipulation. Il faut déposer le contenu du vermicompost sur une nappe. Ensuite, on fait plusieurs petits monticules sous une lumière vive afin que les vers s’enfouissent sous la surface. On attend dix ou quinze minutes, puis on vient récupérer la couche du dessus (d’une épaisseur de 1 cm environ). On répète cette opération en attendant cinq ou dix minutes entre chaque prélèvement afin de permettre aux vers de s’enfouir plus profondément.

Sujet : Composter  

Aussi dans cette émission

Partir sans laisser de trace

Le recyclage ultime

Sujet : Polluer moins   Préserver la nature   Tendances et enjeux  

Des médicaments dans l'eau

Des médicaments dans l'eau

Sujet : Polluer moins   Préserver la nature  

Choisir un téléviseur

Choisir un téléviseur