L’eau virtuelle

Réagissez sur notre page facebook

Saviez-vous qu’une simple tasse de café dissimule un total de 140 litres d’eau?

Si l’on tient compte de la quantité d’eau qui a été nécessaire pour faire pousser le grain de café, le laver, le moudre... On arrive à cet incroyable total.

Chaque produit que nous consommons nécessite une certaine quantité d’eau lors de sa fabrication.

La fondation néerlandaise Water Footprint Network calcule cette empreinte écologique de la consommation de l’eau. On l’appelle l’eau virtuelle.

Ainsi, comparée aux 140 litres d’eau virtuelle du café, une tasse de thé ne requiert que 40 litres... Pour fabriquer un chandail, il faut 2 700 litres d’eau. Un litre de lait, c’est 1 000 litres d’eau, un hamburger : 2 400 litres d’eau. Une simple page de papier : 10 litres.

Chaque Canadien utilise 5 600 litres d’eau par jour, mais à peine 10 % de cette eau est consommée directement (pour prendre sa douche, laver la vaisselle, etc.). Le reste, c’est de l’eau que l’on utilise de façon indirecte, à travers les produits que l’on consomme.

Les études sur l’eau virtuelle pourraient mener à une meilleure conservation de l’eau à l’échelle planétaire. Par exemple, des pays qui ont des ressources limitées en eau ne pourront pas longtemps continuer à avoir des « industries éponges ».

Prenons le cas du coton. Cela prend 11 000 litres d’eau pour produire 1 kg de coton. La moitié de la population du Tadjikistan vit de la culture du coton et pompe l’eau des rivières alimentées par des glaciers... L’industrie du coton dans un pays comme le Tadjikistan n’est certainement pas une la meilleure idée au monde...

Sujet : Consommer mieux  

Aussi dans cette émission

Électrosmog

Avez-vous peur de l’électrosmog ?

Sujet : Tendances et enjeux  

À Hauteur d'Homme

Objets durables

Sujet : Consommer mieux  

Guide pour se déplacer sans voiture au Québec

Se déplacer dans voiture au Québec

Sujet : Se déplacer / voyager  

Transport Robert

Transport Robert

Sujet : Polluer moins   Se déplacer / voyager