Couches lavables

Par Ariane Paré-Le Gal

Émission du 30 novembre 2010

Réagissez sur notre page facebook

Au Québec, nous jetons environ 600 millions de couches jetables par année. Celles-ci représentent environ 60 000 tonnes de déchets annuellement. On comprend que des parents cherchent une solution plus écologique et optent pour des couches lavables. Mais parce qu’il existe une soixantaine de compagnies de couches lavables vendues sur le marché, le choix n’est pas facile. Pour nous aider à y voir plus clair, L’Iris maman d’Azalée, a accepté de tester pour nous les 4 types de couches lavables.

Invités
L’Iris Morissette et Azalée, volontaires
Véronique Brousseau, spécialiste des couches lavables, boutique Câlins et popotins

Les produits testés
La boutique Câlins et popotins propose un ensemble de couches lavables en location à 25$ par semaine pour les parents qui souhaitent déterminer quel type de couche et quelle marque ils préfèrent. L’ensemble comprend plus de 25 couches différentes réparties en 4 catégories principales :

Les couches plates Prix : 6 à 11 $
C’est une couche en 2 étapes. C’est la couche lavable dans sa plus simple expression. Elle comprend un lange en fibres naturelles qu’on plie en 3, et un couvre-couche imperméable pour éviter les fuites.

Les couches moulées Prix : 6 à 25 $
C’est aussi une couche en 2 étapes. Il s’agit d’une couche préformée en fibres naturelles qui se met comme une couche ordinaire, et qui est recouverte d’un couvre-couche imperméable.

Les couches à poche Prix : 20 à 26 $
C’est une couche formée d’une enveloppe imperméable sur laquelle a été cousu un tissu qui forme une ouverture dans laquelle on insert le noyau absorbant, ou le lange. Une fois prémontée, elle est aussi simple d’utilisation qu’une couche jetable.

Les couches tout-en-un : 19 à 31 $
C’est la couche la plus près d’une couche jetable, car elle est complète en soi. Elle s’attache rapidement, ne nécessite pas de prémontage ni de couvre-couche.

Le verdict

Selon L’Iris et Azalée, bien que les différents types de couches présentent chacune des particularités, elles s’équivalent toutes en termes d’absorption et d’efficacité. C’est donc la manipulation et la méthode d'installation qui varie davantage.

Les couches plates :
« J’avais peur que l’insert se déplace, mais il est resté bien en place. La couche s’installe très facilement, et comme il s’agit de la couche lavable dans sa plus simple expression, elle est peu chère, ce qui constitue son principal avantage. »

Les couches moulées :
« C’est la couche que je connais le mieux, car on m’en a donné pour ma fille. Elle est plus longue à mettre que toutes les autres couches car on doit d’abord attacher la couche, puis attacher le cache-couche. Cependant, elle est très performante et peu chère. »

Les couches à poche :
« Comme l’insert absorbant se place dans la poche, les fesses de bébé ne sont pas en contact avec l’humidité, mais seulement avec le micropolar ou la microfibre, procurant ainsi un effet « fesses au sec » génial. Cependant, l’insert est assez gros et ne se place pas toujours bien. »

Les couches tout-en-un :
« J’ai beaucoup aimé les couches tout-en-un, elles font bien au bébé, sont légères et très faciles à utiliser. Ce sont les parfaites couches quand on est à l’extérieur de la maison et qu’on veut faire un minimum de manipulations. Seul bémol : ce sont les couches les plus dispendieuses. »

Et les meilleures couches?
De façon générale, L’Iris a préféré les modèles à velcro à ceux à bouton pression, et les couches multitaille qui proposent plusieurs tailles adaptées à la grandeur de l’enfant, aux couches taille unique qui sont parfois un peu grandes pour les petits, même si elles s’ajustent. « Si j’avais à m’équiper, j’opterais pour une quinzaine de couches plates ou moulées pour la maison, car elles sont très performantes et peu chères, et une quinzaine de couches à poche ou tout-en-un pour les sorties à l’extérieur, car elles sont très faciles à utiliser. »

Le choix du textile
Les couches lavables sont principalement faites de coton, de bambou de chanvre ou de microfibre. Bien que le coton a l’avantage de pouvoir être biologique, il est 60% moins absorbant que le bambou et le chanvre. Par ailleurs, la transformation du bambou nécessite énormément de produits chimiques, alors que le chanvre, tout aussi performant, est transformé mécaniquement. De son côté, la microfibre est faite à partir de produits dérivés du pétrole. Pas facile de faire le meilleur choix environnemental parmi ces options!

Le coût des couches lavables et jetables
Un enfant utilisera entre 5 000 et 7 000 couches de la naissance à la propreté; alors que seulement une trentaine de couches lavables seront nécessaires pour la même période. Il en coûtera ainsi entre 1 500 et 2 000 $ pour des couches jetables et entre 500 et 1 000 $ pour des couches lavables. Pour encourager les parents à opter pour des couches lavables, des dizaines de municipalités au Québec offrent un incitatif financier pouvant atteindre 200 $ pour l’achat d’un ensemble complet.

Sujet : Consommer mieux  

Aussi dans cette émission

Éco implication, mode d'emploi

Tout changer sans rien faire sauter

Sujet : Préserver la nature   Tendances et enjeux  

Consommer autrement

Guide trucs, ressources et infos

Sujet : Consommer mieux  

Rivière-du-Loup au premier rang

Qui gère le mieux ses déchets au Québec?

Sujet : Tendances et enjeux  

Planète Jetable

Planète Jetable