Éco implication, mode d'emploi

Par Pascale Tremblay

Émission du 30 novembre 2010

Réagissez sur notre page facebook

Pascale, s'entretien avec un de ses plus actifs défenseurs, Tommy Montpetit, et le journaliste Louis-Gilles Francœur, spécialisé en environnement. Elle leur demande comment, à titre de citoyen ordinaire, peut-on contribuer à la défense de l'environnement sans pour autant devenir des militants de la première heure. On découvre que la défense de l'environnement commence littéralement au seuil de notre porte. Que les banlieues se trouvent très souvent au voisinage d'écosystèmes très particuliers et qui sont d'autant plus menacés que très souvent on ne les remarque pas. Que les citoyens ordinaires ont un rôle essentiel à jouer pour les protéger puisqu'ils sont les mieux placés pour exercer de la pression sur leurs élus de proximité. Que les petits gestes, à force de s'additionner, finissent par faire la différence.

CONTEXTE
Le cas de la rainette faux-grillon est à ce titre exemplaire. Cette espèce, dite de bordure, vit à la lisière entre les milieux boisés et les clairières et les champs. Ironiquement, la rainette a, par le passé, grandement profité du développement de l’agriculture, dans la vallée du Saint-Laurent, qui par ses activités de déboisement ouvrait de nouveaux territoires à la rainette. Jusqu’à ce que l’agriculture industrielle et les pratiques modernes de drainage agricole aient réduit son habitat de prédilection. En effet, auparavant, on trouvait toujours des parties de champs moins bien drainées que d’autres en bordure des boisés ou qui ont été laissées en friche. De nos jours, ces derniers vestiges de terres moins intéressantes pour les agriculteurs se retrouvent souvent en milieu périurbain et sont grandement convoités par les promoteurs domiciliaires. Voilà pourquoi le sort de la rainette faux-grillon dépend pour beaucoup de l’action citoyenne. Car il s’agit d’un travail de partenariat et de négociation avec de nombreux acteurs et instances tant gouvernementales, municipales que privées.

En ce qui concerne le boisé du Tremblay, l’action citoyenne de Tommy Montpetit a été déterminante. Soucieux de sa préservation, il participait aux conseils municipaux, il écrivait des lettres aux élus, pour en venir à fonder un groupe à la défense du boisé. Ce n’est que par la suite qu’on a découvert la présence de la rainette faux-grillon, et qui plus est, de la plus importante métapopulation au Québec. Ce qui a rapidement donné lieu à tout un réseautage avec d’autres groupes de citoyens.

Une manière pour le simple citoyen de s’investir, c’est par exemple de participer aux inventaires de la rainette faux-grillon. Chaque printemps, Tommy forme des bénévoles pour évaluer les populations présentes dans le boisé. Une activité annuelle devenue si populaire qu’elle attire presque trop de bénévoles. C’est un événement.

Outre le bénévolat, il suggère à toute personne qui par exemple s’intéresse aux oiseaux ou aux arbres, de joindre des groupes d’ornithologie ou de botanique dont les activités de recensement et d’observation jouent un rôle essentiel pour la connaissance de nos milieux naturels.

Pour Louis-Gilles Francœur, la première chose à faire, pour un citoyen qui souhaite s'investir dans la défense de l'environnement, c'est d'abord de se renseigner, puis de porter la cause dans les conseils municipaux, de prendre la parole et bien sûr d'écrire des lettres, d'exercer des pressions. C'est un peu de cette manière que Tommy Montpetit a commencé son combat. Mais tout le monde ne peut pas devenir un Tommy Montpetit et consacrer l'essentiel de ses activités à la cause environnementale. On peut cependant faire la différence par de petits gestes. Si on a pas de temps libre, on peut sortir son chéquier. Comme il le fait remarquer, ces groupes de pression en environnements n'ont presque pas de moyens financiers.

La participation citoyenne
La participation citoyenne peut se décliner d'autres manières. On peut par exemple se balader, à bicyclette par exemple, dans son quartier et y observer ce qui s'y passe. Quand on remarque un nouveau chantier, on pose des questions, on en parle, on effectue des vérifications sur les permis obtenus par l'entrepreneur. Bref, être vigilant.

Si on a un peu de temps, on peut, à titre de bénévole, joindre les rangs d'un groupe de pression, comme le Ciel, et participer aux campagnes de recensement des populations de rainettes faux-grillon, par exemple. Ou encore, participer à des événements publics pour mieux faire connaître les enjeux liés à l'environnement. Une autre manière d'avoir un impact, même indirect, c'est de faire partie d'une association quelconque qui s'intéresse à la nature, comme les ornithologues, les mycologues, etc. Ces amoureux de la nature, même amateurs, sont à même de recueillir de précieuses informations qui peuvent être utiles aux groupes environnementaux.

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
Il existe un projet expérimental conjoint entre le Biodôme et L’Écomuseum de Sainte-Anne-de-Bellevue. Les chercheurs essaient d’élever en captivité des rainettes faux-grillon. Tommy Montpetit aura quelques-uns de ces spécimens en sa possession le jour du tournage.
Au zoo de Granby, dans le cadre de l’année sur la biodiversité, de nombreux organismes de protection de la faune vont se réunir les 8 et 9 juillet. Lyne Bouthillier et Tommy Montpetit seront là pour parler de la rainette.

Sujet : Préserver la nature   Tendances et enjeux  

Liens utiles

Pour se tenir informé des activités du Ciel

http://www.ciel-longueuil.org/

Pour s’investir dans la protection de la faune

http://www.mrnf.gouv.qc.ca/faune/especes/menacees/faire.jsp

Pour identifier la rainette faux-grillon et, le cas échéant, signaler sa présence

http://www.atlasamphibiensreptiles.qc.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=19&Itemid=26

Pour en savoir plus la rainette

http://www3.mrnf.gouv.qc.ca/faune/especes/menacees/fiche.asp?noEsp=2

Aussi dans cette émission

Couches lavables

Les meilleures couches lavables

Sujet : Consommer mieux  

Consommer autrement

Guide trucs, ressources et infos

Sujet : Consommer mieux  

Rivière-du-Loup au premier rang

Qui gère le mieux ses déchets au Québec?

Sujet : Tendances et enjeux  

Planète Jetable

Planète Jetable