Voiture électrique

Réagissez sur notre page facebook

Au printemps dernier, le gouvernement Charest dévoilait son plan d’action 2011-2020 pour les véhicules électriques. Son objectif : qu’en 2020, le cinquième des véhicules vendus soit électrique. Et qu’en 2030, près de 20% du parc automobile et 95% des déplacements en transport en commun soient électriques. Si tout va comme Québec le souhaite, 1,2 millions de véhicules électriques rouleront alors sur nos routes.

D’ici 2020, environ 250 millions $ seront investis dans différents projets, comme la mise en place d’un réseau de bornes de recharge et divers projets de recherche et développement.

Mais on risque de manquer ces cibles, croit Daniel Breton, chroniqueur automobile et fondateur de Maître chez nous 21e siècle. Selon lui, la contribution des véhicules électriques sera minime pour deux raisons : le nombre total de véhicules sur nos routes continue d’augmenter, et le programme de rabais à l’achat serait mal conçu.

Un bonus-malus?
Le nombre de véhicules verts augmentera, reconnaît M. Breton. Mais le nombre total de véhicules augmente encore plus. De 1998 à 2008, la population québécoise a augmenté de 6%, mais le nombre de véhicules a augmenté de 31%. C’est un rythme cinq fois plus rapide que la population. Et la nouvelle génération est moins verte qu’on ne le pense. Le nombre de jeunes qui se rendent à l’université avec leur voiture a augmenté de 50% depuis le milieu des années 90.

Et les rabais à l’achat? Au cours des trois prochaines années, le gouvernement dépensera 43 millions $ dans ce programme. En 2012, ce rabais variera, selon le modèle, entre 5 000$ et 8 000$. En 2015, il sera de 2 000$ à 3000$. Mais le nombre de rabais est plafonné. Le gouvernement en offrira seulement 10 000 pour les achats ou locations de véhicules électriques, et 5 000 pour les voitures hybrides.

Or, il se vend environ 400 000 véhicules neufs par année au Québec. Cela signifie qu’en quatre ans, le gouvernement incitera l’achat de 15 000 véhicules verts sur un total de 1 600 000 véhicules. C’est moins de 1% des véhicules vendus. Et il voudrait que 20% des nouveaux véhicules vendus en 2020 soient électriques. « Ce n’est pas sérieux », juge M. Breton. Le 43 millions $ investis peut paraître beaucoup, mais c’est inférieur à ce que le gouvernement récolte en une seule année avec la taxe sur l’immatriculation pour les véhicules à gros cylindres. »

Daniel Breton propose plutôt un système bonus/malus. On fixerait un seuil de consommation. Plus un véhicule consommerait sous ce seuil, plus son acheteur bénéficierait d’un rabais à l’achat, et vice-versa. Un tel programme est déjà en place dans quelques pays, comme la Suède et la France. Ce système a aussi l’avantage d’être fiscalement neutre. Il ne coûte rien au gouvernement.

L’enjeu du transport
Si Québec nourrit de grands espoirs au sujet des véhicules électriques, c’est parce que les émissions causées par les transports routiers entachent son bilan environnemental. Sa cible de réduction des GES : 20% sous le niveau de 1990 d'ici 2020. La majorité des secteurs ont diminué leurs émissions, mais celles des transports augmentent. Elles représentaient 44% des émissions de la province en 2009 (derniers chiffres disponibles). C’est en bonne partie à cause du transport routier. Elles ont augmenté de 32,9% depuis 1990, et représentent aujourd’hui 76% de toutes les émissions en transport (le reste vient de l’aérien, le ferroviaire, etc).

INVITÉ

Daniel Breton, chroniqueur automobile et fondateur de Maître chez nous 21e siècle.

* M. Breton a réalisé cette entrevue plusieurs semaines avant d’annoncer qu’il se porterait candidat aux prochaines élections provinciales pour le Parti québécois.

Sujet : Se déplacer / voyager  

Liens utiles

Le Québec en action! - Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs

http://www.mddep.gouv.qc.ca/changements/plan_action/index.htm

Québec roule à la puissance verte!

http://www.vehiculeselectriques.gouv.qc.ca/

Voiture Électrique Québec

http://www.autoelectrique.net/

Aussi dans cette émission

Fresh Kills Park

Fresh Kills Park, ou la renaissance écologique de New York

Sujet : Aménagement urbain  

Inondations en Montérégie

Les leçons à tirer des inondations

Sujet : Construire / rénover   Préserver la nature