Fresh Kills Park

Réagissez sur notre page facebook

Au sud de l’État de New York, à la frontière du New Jersey, plus précisément à Staten Island, ce qui était la plus grande décharge urbaine du vingtième siècle est en voie de redevenir un gigantesque site naturel : Fresh Kills Park.

« C’était le plus grand site d’enfouissement au monde », nous dit Eloise Hirsh, l’administratrice du parc que nous avons rencontrée. « C’est unique! La connexion à la nature, le panorama! Ça n’a pas de prix pour les New-Yorkais. C’est un paysage digne du Wyoming! »

Ce projet de réhabilitation et de conversion de Fresh Kills en parc public, sera, dit-on « pour New York, au 21ème siècle, ce que Central Park a été au 19ème siècle : le plus grand parc urbain depuis 100 ans ».

Le nom Fresh Kills date du 17e siècle. Il signifie « fresh creek » ou encore « fresh waters ». Avant de devenir un site d’enfouissement, Fresh Kills était un lieu où la nature sauvage prédominait. Il a été transformé en site d’enfouissement peu de temps après la 2e guerre mondiale. Cet immense dépotoir de 890 hectares devait être en fonction pour une durée maximale de 3 ans. Mais il a finalement accueilli plusieurs centaines de millions de tonnes de déchets solides pendant 53 ans. À son point culminant, vers le milieu des années 80, c’est plus de 29 000 tonnes de déchets qui y étaient acheminés, par barges et par camions, chaque jour!

Puis, en 1997, on annonce que le site fermera ses portes. Le 22 mars 2001, une dernière barge de déchets transite vers le site d’enfouissement. Peu de temps après sa fermeture, le 5 septembre 2001, la ville de New York annonce la tenue d’un concours international de design en vue de donner une autre vocation au site. Six jours plus tard, la catastrophe du World Trade Center frappe Manhattan. Le site d’enfouissement Fresh Kills doit rouvrir son ventre pour accueillir les restes des tours jumelles. Plus d’un million de tonnes de déchets «post-catastrophe » y sont enfouis. Dans le rapport de l’association française Robin des Bois, on précise la nature de ces déchets : « L’effondrement des tours a réduit en gravats et en poussières deux Boeing 767 d’une centaine de tonnes chacun, 50 000 ordinateurs, 300 serveurs informatiques, et des milliers de détecteurs de fumée radioactifs, 200 000 tonnes d’acier et un million de tonnes de béton. Une sous-station électrique contenant 493 tonnes d’huile contaminée aux PCB a été ensevelie. »

Ce méga projet de parc urbain est ambitieux par sa superficie, soit 3 fois l’étendue de Central Park. 45% du site de Fresh Kills Park a été utilisé pour l'enfouissement, le reste est occupé par des zones humides, des centaines d'hectares de marais salés et un vaste réseau de criques qui forment des habitats pour des centaines d'espèces de plantes et d'animaux sauvages. Une fois terminé, Fresh Kills Park sera le symbole de la renaissance écologique de New York!

Freshkills Park est divisé en 5 secteurs. Chacun aura sa vocation et sa programmation respective. Le projet offrira un large éventail de possibilités de loisirs, y compris de nombreuses activités rarement disponibles en ville comme : le kayak, la randonnée à cheval, l’observation d’oiseaux, ou même la pêche récréative. On pourra également retrouver un marché public et un jardin sur l’eau qui sera aménagé sur une ancienne barge qui servait à transporter des déchets. La conception du parc, la restauration écologique et la programmation culturelle et éducative mettront l'accent sur la durabilité environnementale et l’importance continue de renouveler notre conscientisation face à notre impact environnemental sur cette Terre.

L'alimentation énergétique du site sera assurée par l'installation d'un parc d'éoliennes et de panneaux photovoltaïques. Fresh Kills Park est conçu pour être à la fine pointe des jardins publics écologiques : récupération des eaux pluviales, toilettes à compost, traitement et valorisation des eaux usées, restauration de la biodiversité, collecte et utilisation des gaz produits par les déchets enfouis. Tout est mis en œuvre pour minimiser l'empreinte carbone du site. Toutes sortes d’idées de structures architecturales écologiques sont présentement sur la table à dessin. On souhaite aussi que les visiteurs s’approprient les lieux et participent à sa réalisation.

Informations complémentaires
La Ville de Montréal a aussi son projet de réhabilitation visant à transformer un site d’enfouissement en un parc urbain. Le Complexe environnemental Saint-Michel (CESM), qui deviendra l’un des plus grands parcs de Montréal d’ici 2020, occupe quelque 192 hectares (2 km2). D’abord carrière de calcaire durant 60 ans, puis, pendant plus de 30 ans, l’un des plus importants sites d’enfouissement de déchets en Amérique du Nord, le site se métamorphose graduellement… Pour l’instant, des infrastructures dédiées au tri des matières recyclables, à la valorisation des matières organiques et des biogaz ont été implantées. À suivre…

INVITÉS

Tatiana Choulika, chargée de projet, Fresh Kills Park

Éloise Hirsh, administratrice, Fresh Kills Park

Sujet : Aménagement urbain  

Liens utiles

Site officiel du Fresh Kills Park (en anglais)

http://www.nycgovparks.org/park-features/freshkills-park

Le blogue de Fresh Kills Park (en anglais)

http://freshkillspark.wordpress.com/

PlaNYC 2030 (en anglais)

http://www.nyc.gov/html/nycmg/nyctvod/html/home/planyc_2011.html

Robin des bois - Association de protection de l’Homme et de l’environnement depuis 1985

http://www.robindesbois.org/robin.htm

James Corner Field Operations (en anglais)

http://www.fieldoperations.net/

Aussi dans cette émission

Voiture électrique

Objectif 2030 : un véhicule sur 5 sera électrique

Sujet : Se déplacer / voyager  

Inondations en Montérégie

Les leçons à tirer des inondations

Sujet : Construire / rénover   Préserver la nature