Polystyrène

Réagissez sur notre page facebook

Le polystyrène peut généralement être identifié par la flèche de Möbius dans lequel est inscrit le chiffre 6. Aussi appelé no.6, ou PS, cette matière est techniquement recyclable. Toutefois, au Québec, son taux de recyclage est faible.

La collecte sélective est un service fourni à l’ensemble de la population québécoise depuis une bonne dizaine d’années, mais, en 2009, seulement 11% avait accès à des programmes de recyclage de la mousse de polystyrène, et 19% au recyclage du polystyrène rigide.

Il y a en effet seulement 6 centres de tri au Québec qui acceptent le polystyrène expansé, comme les verres à café, et le polystyrène non expansé, comme les pochettes de CD, pots de plantes, barquettes de champignons, etc.

Ainsi, sur les 21 000 tonnes métriques de polystyrène généré chaque année au Québec, soit environ 2,7 kg par personne, 14,66% est collecté au moyen du bac de récupération. De cette quantité, seulement un certain pourcentage est trié, puis recyclé. C’est donc 17 841 tonnes métriques de polystyrène qui prennent chaque année le chemin de l’enfouissement.

Pour nous parler des défis liés à la récupération et au recyclage de cette bête noire de l’environnement, nous avons rencontré Hélène Gervais, Agente de recherche et de planification chez RECYC-QUÉBEC. Selon elle, ce qui pose problème avec le polystyrène, c’est qu’il est à la fois volumineux et composé à plus de 90% d'air. Comment alors rentabiliser la récupération d’une telle matière?

Afin de trouver des solutions à cette problématique, un comité sur le polystyrène a été mis sur pied par Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et RECYC-QUÉBEC, en collaboration avec le Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ). Les membres de ce comité ont uni leurs efforts pour mettre sur pied un projet pilote dont l’objectif était de trouver une solution environnementale et économique à la collecte et au recyclage du polystyrène, et ultimement, de trouver des débouchés commerciaux pour cette matière.

Concrètement, les résidents de Montréal ont été invités à l’été 2010 à apporter leurs contenants de PS6 « propres » (expansé, non expansé, extrudé) à l’éco-centre Eadie. Puis, les PS expansés ont été envoyés chez Cascades Récupération pour y être densifiés. Pour mieux comprendre cette étape, nous avons rencontré Patrice Clerc, directeur des opérations chez Cascades Récupération. Étant composé à plus de 90% d’air, le polystyrène doit être densifié si on veut en rentabiliser le recyclage. Le densificateur permet d’obtenir un ratio d’environ 60 pour 1. Donc, si on prend 60 verres à café en polystyrène et qu’on les densifie, au final, nous aurons le volume d’un seul verre à café! À la sortie du densificateur, le polystyrène densifié prend la forme de grandes briques qui partiront ensuite chez le recycleur, qui à son tour, les transformera en produits commercialisables.

Grâce à l’analyse des étapes du projet pilote, le comité Polystyrène souhaite:
1- Évaluer les différentes options quant à la récupération et au recyclage du PS. (Collecte sélective ou dépôt volontaire, comme ce fut le cas à l’éco-centre Eadie);
2- Évaluer la faisabilité technique et économique de la collecte et du tri du polystyrène post-consommation ;
3- Proposer des solutions et des actions concrètes liées à la collecte, au tri et au recyclage du polystyrène ;
4- Trouver des débouchés commerciaux pour le recyclage de cette matière.

Au moment de rédiger ce texte, nous n’avions toujours pas accès aux résultats finaux de ce projet pilote. Le dossier est donc à suivre.

Informations complémentaires
Il y a, à ce jour, peu de preneurs pour le polystyrène post-consommation résidentiel. La plupart des produits à base de polystyrène recyclé contiennent du PS6 post-industriel ou post-commercial, qui est plus propre que le PS6 résidentiel de post-consommation. De plus, il est collecté généralement en dehors de la collecte sélective.

Toutefois, l’entreprise Gaudreau Environnement récupère le PS par la collecte sélective dans certaines municipalités au Québec. Gaudreau Environnement récupère en effet le polystyrène post-consommation, le mélange ensuite à d’autres plastiques ayant une meilleure valeur sur le marché, puis envoie ce mélange à Cascades Re-Plast qui en intègre une partie dans la fabrication de ses planches composites ou de son mobilier urbain.

INVITÉS

Hélène Gervais, agente de recherche et de planification, Opérations et développement, RECYC-QUÉBEC

Claude Maheu-Picard, directrice technique, Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI)

Patrice Clerc, directeur, Approvisionnements et services, Cascades Récupération

Sujet : Réduire / Recycler / Réutiliser  

Liens utiles

Projet pilote de recyclage du polystyrène à Montréal

http://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/client/fr/rubriques/Nouvelles.asp?id=662

Plastiques Cascades Re-Plast

http://www.cascadesreplast.com/fr/plastiques-cascades-re-plast.html

Aussi dans cette émission

Plantes indigènes

Les secrets d’un jardin de plantes indigènes

Sujet : Jardiner  

Fête écolo

Mission Réduction : une fête d’enfants sans ballons ni sacs surprise…

Sujet : Consommer mieux   Réduire / Recycler / Réutiliser