Climato-sceptiques

Par Paul Journet

Émission du 6 mars 2012

Réagissez sur notre page facebook

Le consensus scientifique est clair : la planète se réchauffe dangereusement et l’homme est en la cause principale (voir références à la fin de ce texte). Mais des sceptiques crient haut et fort le contraire. Ils nient que la Terre se réchauffe, ou du moins que ce réchauffement est causé par l’homme, et qu’il pose une menace sérieuse.

Sont-ils nombreux? Les climato-sceptiques représenteraient 25% des Américains, 15% des Canadiens et 10% des Québécois, rapporte Érick Lachapelle, politologue à l’Université de Montréal, et auteur d'une étude sur la formation des idées dans le débat public.

Une étude publiée en mai 2011 par les universités américaines Yale et George Mason, a mesuré la perception du consensus scientifique et révèle que pas moins de 97% des scientifiques croient au réchauffement climatique. Pourtant, seulement 40% des Américains croient que ce consensus existe.

Comment expliquer un tel fossé entre les positions des scientifiques et l’opinion du public? Les lobbys, comme celui du American Association of Petroleum Geologist, y sont sûrement pour quelque chose. Mais ils ne seraient pas les seuls en cause.

M. Lachapelle parle du phénomène de « la fuite en avant ». « Diminuer les émissions de gaz à effet de serre implique des compromis contraignants à court terme, afin d’éviter de lourdes conséquences à long terme. Mais, comme on s’en doute, il est difficile d’évaluer avec précision ces menaces à long terme. Alors pour s’épargner les efforts nécessaires à court terme, on préfère nier les faits. C’est un phénomène que les économistes et psychologues nomment l’escompte hyperbolique, qui signifie que les individus ont tendance à survaloriser le présent. »

Mais il y a plus, selon le professeur Lachapelle. Il accuse aussi ce qu’il nomme le « phénomène du classeur ». Selon lui, nous ne traitons pas l’information de façon neutre et objective. Notre cerveau fonctionne plutôt comme un classeur. Et ce classeur est ordonné de telle sorte qu’il essaie de confirmer nos préjugés. Si une information semble confirmer nos idées, on la place en avant. Sinon, on la relègue au fond du tiroir.

Ironiquement, ce phénomène s’observerait aussi chez les environnementalistes. M. Lachapelle souligne par exemple que dans le dossier des gaz de schiste, certains écologistes semblent ignorer les études moins alarmistes…

Mais pour revenir à nos climato-sceptiques, ceux-ci soutiennent que les médias québécois sont biaisés et exagèrent le réchauffement climatique. Selon M. Lachapelle, il faudrait plutôt considérer que les médias accordent trop d’espace aux propos des sceptiques, si l’on tient compte du manque de rigueur dont ils font souvent preuve.

INVITÉ

Érick Lachapelle, politologue, Université de Montréal

Sujet : Tendances et enjeux  

Liens utiles

Intergovernmental panel on climate change

http://www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml#2

A poor sequel, article paru sur Nature (en anglais)

http://www.nature.com/nature/journal/v480/n7375/full/480006a.html

On croit les experts s'ils confirment nos opinions, Jean François Bouthillette, UdeM Nouvelles

http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-sociales-psychologie/20101213-on-croit-les-experts-sils-confirment-nos-opinions.html

Psychology: Climate change hits home, Elke U. Weber, Nature (en anglais)

http://www.nature.com/nclimate/journal/v1/n1/full/nclimate1070.html

Why 'Scientific Consensus' Fails to Persuade, Science daily (en anglais)

http://www.sciencedaily.com/releases/2010/09/100914102114.htm

Expert credibility in climate change, PNAS (en anglais)

http://www.pnas.org/content/early/2010/06/04/1003187107.abstract

Americans’ Global Warming Beliefs and Attitudes in May 2011, Yale School of Forestry & Environmental Studies (en anglais)

http://environment.yale.edu/climate/publications/americans-global-warming-beliefs-and-attitudes-in-may-2011/

Climate change: How do we know?, NASA (en anglais)

http://climate.nasa.gov/evidence/

Key findings, United States Global Change Research Program (en anglais)

http://www.globalchange.gov/publications/reports/scientific-assessments/us-impacts/key-findings

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), ONU

http://www.un.org/fr/climatechange/ipccreports.shtml

Aussi dans cette émission

Virage brun

Le Québec prend le virage brun

Sujet : Composter  

Élargir la consigne

Consigner ou non les bouteilles de vin? Un débat loin d’être résolu

Sujet : Réduire / Recycler / Réutiliser  

Acheter des CD

Acheter des CD, pourquoi je fais ça encore?

Sujet : Consommer mieux