100 objets ou moins

Par Steve Proulx

Émission du 13 mars 2012

Réagissez sur notre page facebook

Tout a commencé par un type du nom de Dave Bruno, qui a publié aux États-Unis le livre The 100 Things or less Challenge. Le mouvement qu’il a lancé en 2010, et qui a rapidement fait plusieurs adeptes, propose de « sortir du cycle nord-américain de la surconsommation ».

Variante pour le moins extrême de la simplicité volontaire, cette réflexion sur l’envahissement du matériel dans nos vies nous incite à faire le bilan de nos possessions, à réfléchir à l’espace qu’elles occupent dans nos vies et à nous départir du superflu.

Dominique Boisvert, responsable du Réseau québécois pour la simplicité volontaire, connaît bien cet envahissement par le matériel. Lui-même vit avec presque rien depuis des années. « Le problème, c'est que les gens veulent à tout prix être autonomes, dit-il. Tout le monde a sa tondeuse, son échelle, sa souffleuse, etc. Sauf que le coût de cette autonomie est extrêmement élevé. Posons-nous la question : est-ce que je préfère être autonome ou bien m’offrir une meilleure qualité de vie, en travaillant quatre jours semaine et, par exemple, en m'arrangeant avec mon voisin pour la tondeuse? »

Pourquoi 100 objets?
C'est un nombre arbitraire. Pour certains, ce sera 200 objets, pour d'autres, 80. Peu importe. La démarche de «libération» est la même.

Selon l'instigateur de l'idée, Dave Bruno, le défi consiste d'abord à s'évader de la prison du consumérisme nord-américain. « C'est se libérer de ce besoin d'accumuler toujours plus de biens pour arriver à vivre sa vie de rêve. Ce n'est pas tant de dénombrer ses possessions que de libérer de l'espace dans nos vies. On cherche à se débarrasser des choses qui nous encombrent et nous distraient et à utiliser cet espace pour profiter plutôt de sa famille, de sa communauté. »

Nous l'avons essayé!
Inspirée par cette initiative, La Vie en vert en a fait l'essai. Notre coanimateur Steve Proulx et sa conjointe Geneviève Forget ont décidé de se départir de leurs objets superflus afin d'arriver au chiffre magique de 100 objets par personne (enfin, 100 pour Steve, 100 pour Geneviève et 100 pour leurs deux enfants).

Étape 1 : l'inventaire
La première étape du défi a consisté à dresser l'inventaire de leurs possessions. Le choc! En dénombrant seulement les objets de la cuisine, le salon et la salle à manger, Steve est arrivé à un total effarant de... 706 objets!

Manifestement, il faudra élaguer!

Étape 2 : le premier tri
Steve et Geneviève se sont donc mis à la tâche de se débarrasser de leurs articles superflus.

Après le premier tri, le couple a découvert que nombre d'articles occupant leur espace vital ne faisaient, au fond, qu'accumuler de la poussière. C'était le cas de la collection d’Almanachs du peuple de Steve et de son ventilateur rétro purement décoratif.

Dans la cuisine, le couple a dit « adieu » au décanteur à vin, à l'étuveuse à riz, à la râpe à parmesan et au hachoir multi usages. Ils ont aussi fait du ménage dans leur collection de verres à alcool et de contenants de plastique, dont la plupart n'étaient à peu près jamais utilisés.

Pour chaque article, le couple a suivi les conseils du blogue The Minimalists en se posant les questions suivantes :

1. Pourquoi avons-nous acheté cet article?
2. En avons-nous vraiment besoin?
3. Que se passerait-il si nous ne l'avions plus?
4. Pourrait-on le remplacer si nous en avions vraiment besoin?
5. Quelqu'un d'autre pourrait-il l'utiliser mieux que nous?

Steve a par ailleurs décidé de réduire au strict minimum les vêtements de sa garde-robe. Après son ménage, il est parvenu à remplir deux gros sacs poubelle de vêtements trop petits, déchirés ou jamais portés. Il n'a conservé que :

8 paires de bas
8 sous-vêtements
4 chandails
2 blue-jeans
2 pantalons
1 ceinture (plutôt que trois)
4 chemises
1 culotte de pyjama
7 t-shirts
1 complet pour les soirées chics
2 chemises à manches courtes
1 bermuda
1 blue-jeans pour les travaux.

À la fin du processus, un imposant tas trônait au milieu du salon!

Étape 3 : les adieux
Bien sûr, les articles abandonnés de Steve et Geneviève n'iront pas encombrer les sites d'enfouissement. Étant donné que la plupart des articles étaient encore en bon état, le couple a invité les proches à « piger dans le tas ».

Le reste est allé à l'Armée du Salut et au centre de dons Renaissance. En ce qui concerne les livres et les DVD (une centaine en tout), ils ont été revendus dans des magasins d'échange de livres.

Dans la mesure du possible, rien n'a été jeté.

Étape 4 : le bilan
Curieusement, se départir d'autant d'objets a été beaucoup moins déchirant qu'appréhendé. En fait, plus l'expérience avançait, plus le couple développait une sorte de plaisir à vivre avec moins.

Le couple n'a pas encore atteint le chiffre magique de 100, mais il est sur la bonne voie. Le processus est long et peut parfois prendre plusieurs mois. L'important est de ne pas retomber dans la même spirale de l'encombrement.

Désormais, chez les Proulx-Forget, quand un article entre... un autre sort!

INVITÉS

Dominique Boisvert, responsable du Réseau québécois pour la simplicité volontaire

Sujet : Réduire / Recycler / Réutiliser  

Liens utiles

Réseau québécois pour la simplicité volontaire

http://simplicitevolontaire.info/

A Guy Named Dave

http://guynameddave.com/2011/01/so-what-exactly-is-the-100-thing-challenge/

Project 333 (porter 33 vêtements seulement, pendant trois mois)

http://www.theproject333.com/getting-started/

The Minimalists

http://www.theminimalists.com/

Aussi dans cette émission

Vivre sans voiture

Une famille de 7 enfants choisit la liberté : vivre sans voiture!

Sujet : Se déplacer / voyager  

Biodiesel

Le biodiesel : bientôt disponible dans une station près de chez vous

Sujet : Se déplacer / voyager